Еcrire en français sans être Français

Публикувано:
16:19ч / 27.12.2019г
Брой прочитания:
144
Брой коментари:
0
 Le Festival littéraire international de Sofia était consacré cette année aux littératures francophones et a été précédé d’un colloque sur le thème “ Être, venir d’ailleurs et écrire en français „, qui s’est tenu à l’Université de Sofia “ Saint Clément d’Ohrid “ les 9 et 10 décembre. Un grand succès pour les organisateurs – l’Association bulgare du livre et le Bureau régional de l’Organisation internationale de la francophonie pour l’Europe centrale et orientale (BRECO) – a été la participation de 16 écrivaines et écrivains issus de 13 pays.

Que signifie écrire des œuvres littétaires en français sans être Français? Les réponses à cette question variaient selon l’expérience personnelle de chacun des auteurs qui ont pris la parole lors du colloque et puis au festival littéraire. Dans son discours intitulé “ La littérature française au carrefour des langues et des cultures „, Anne-Rosine Delbart de Belgique a attiré l’attention sur le “ métissage du français “ dans les pays africains.

“ Je me demande si j’écris de la littérature française „, a dit le jeune écrivain camerounais Max Lobe, qui vit et écrit en français en Suisse, et a ajouté qu’il préfère parler de „littérature de langue française“. “ Le français est un héritage forcé en Afrique, mais les peuples africains l’ont enrichi à leur manière „, a expliqué Max.

La poète algérienne Samira Negrushe s’est exprimée en termes beaucoup plus forts, affirmant que la francophonie de son pays était le résultat d’une sorte de viol intellectuel. Dans le même temps, elle a souligné qu’il existait un véritable arc-en-ciel linguistique en Algérie et aucun de ses proches n’avait jamais pensé qu’une de ces langues éclipsait l’autre. Pour elle, le français est une langue algérienne. Samira Negrush a présenté une image assez dramatique de l’attitude actuelle envers le français en Algérie. L’ancienne colonie française refuse fermement de devenir membre de l’Organisation internationale de la Francophonie. Certains auteurs algériens écrivant en français sont marginalisés. Récemment, lors d’une conférence littéraire à Zagreb, Samira semblait être la seule francophone arabe, et d’autres écrivains algériens l’ont attaquée en lui demandant pourquoi elle n’écrivait pas dans sa propre langue berbère. “ Je ne me sens pas coupable d’écrire en français! „, a déclaré le poète algérienne à Sofia. Selon elle, il devrait y avoir un dialogue entre l’Algérie et la France, comme le dialogue entre la France et l’Allemagne après la Seconde Guerre mondiale, afin de surmonter les blessures du passé.

Née à Hanoi et émigrée au Canada à l’âge de 10 ans, Kim Thuy a qualifié le français québécois comme „ma langue d’amour“. “ Quand nous sommes arrivés, on nous a acceuillis comme un trésor tombé du ciel. Je subissais un choc thermique à cause du froid au Québec auquel je n’étais pas habituée, et en même temps, j’ai été choquée par la chaleur humaine. Le troisième choc a été quand je me suis vue dans les yeux de ces gens et y ai trouvé mon reflet – j’étais très belle à leurs yeux! Et en fait, j’étais épuisée par le voyage et je ne paraissais pas bien „, a déclaré Kim Thuy. Le Canada étant un pays bilingue, elle a appris l’anglais aussi, mais elle l’utilise dans sa carrière d’avocat et écrit ses livres en français.

Une autre participante au colloque, la poète roumaine Magda Carneci, a expliqué qu’elle était de la première génération à avoir eu le choix d’étudier l’anglais à l’école au lieu du russe comme langue étrangère. Mais en Roumanie, même à l’époque du totalitarisme, le culte de la langue française a été conservé comme porteur de culture et de finesse. Elle a étudié le français dans son pays d’origine. Puis, en allant en France, elle a d’abord découvert à quel point ses compétences linguistiques étaient littéraires et à quel point les Français parlaient une langue différente. Elle écrit maintenant des œuvres littéraires en français. “ Je suis une écrivaine postnationale „, a déclaré Magda Carneci qui avait sous-titré son discors “ Choisisir sa langue d’écrire: une forme de liberté intérieure.“

L’écrivain et poète albanais Luan Rama a parlé également des racines profondes de la francophilie dans son pays. Quand il est parti pour Paris, les gens y été surpris qu’un Albanais provenant d’un pays socialiste parle si bien le français. Pour Luan Rama, c’est le langage de la liberté spirituelle.

Selon l’écrivaine basque Luisa Extenike, créer de la littérature dans une autre langue est un acte européen. Bien sûr, pour chaque auteur, c’est complètement individuel. Elle a cité un écrivain polonais qui a partagé avec elle que sa Muse ne lui parlait que dans sa langue maternelle. Ses Пuses lui parlent ех français et ех espagnol. Il est important de parvenir à un «bilinguisme de l’âme», a souligné Luisa Extenike. Son bilinguisme la conduit à des expériences créatives. Elle a décidé d’apparaître comme deux écrivaines différentes – l’une est elle-même et l’autre est inventée – un hétéronyme, Antonia Lassa, œnologue parisienneest, plus jeune que Luisa. Lorsque le roman, écrit sous son nom, paraîtra en espagnol, Luisa Extenike sera indiquéе comme traductrice.

Lors du colloque à l’Université de Sofia “ Saint Clément d’Ohrid “ la question: qu’est-ce qui se passe lorsque l’auteur traduit ses propres oeuvres dans une autre langue a été soulevée à plusieurs reprises.

Dans les prochains articles sur notre site consacrés à cet événement, vous y trouverez plus de commentaires de différents participants.

Texte et photo: Gergina Dvoretzka

Logo francophonie-okLa rubrique Francophonie de ce site présente les actualités de la francophonie en Bulgarie, en Europe centrale et orientale er dans le monde entier.

Източник: www.evropaworld.eu