Lauréat du prix Goncourt – premier participant au Festival littéraire de Sofia

Публикувано:
12:44ч / 11.12.2020г
Брой прочитания:
79
Брой коментари:
0

Le traditionnel Festival littéraire international de Sofia s’est ouvert le 10 décembre dernier. Cette année, pour des raisons évidentes, il se déroule en ligne. Après la brève ouverture officielle avec la participation du directeur du festival Todora Radeva, du président de l’Association bulgare du livre Velizara Dobreva et de l’animatrice Nadezhda Moskovska, la première rencontre a eu lieu avec l’écrivain français Jean-Paul Dubois, dont le roman „Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon“ a remporté le Prix ​​Goncourt 2019. Le livre a été traduit en bulgare par Krassimir Kavaldzhiev et publié par Lege Artis.

La participation de l’écrivain français à l’événement a été soutenue par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Emmanuel Samson, Directeur adjoint du Bureau régional de l’OIF pour l’Europe centrale et orientale, l’a également rejoint au début de la réunion virtuelle. Il a rappelé que l’année dernière le Festival littéraire international de Sofia s’est concentré sur la littérature en français et a exprimé sa joie que cette édition du festival ait également une présence francophone tangible et forte: un lauréat du prestigieux prix français Goncourt, Jean Paul Dubois, dont le roman et un auteur canadien, Gilles Jobidon, qui a reçu le Prix des cinq continents de l’OIF en 2019 pour son roman „Le Tranquille affligé“.

L’écrivain Jean-Paul Dubois a assisté à la réunion en ligne depuis son domicile à Paris. Interrogé par l’hôte si l’intrigue de son livre , dans laquelle le protagoniste est un prisonnier, pouvait être liée à la situation actuelle avec la pandémie qui a mis les gens dans l’isolement, il a répondu catégoriquement qu’il avait écrit son roman à un autre moment et que de telles analogies ne pouvaient pas être faites. Son idée était de montrer que nous ne devrions pas nous interférer les uns avec les autres et permettre à quiconque de régner sur nous. Il a partagé que les personnages de ses livres ne sont pas le fruit de son imagination créatrice, mais des personnes qu’il a rencontrées. Par exemple, le protagoniste du roman „Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon“, s’appelle Serge dans la vie réelle et est concierge dans l’immeuble où habite la belle-mère de l’écrivain. Serge prend soin de la femme âgée atteinte de la maladie d’Alzheimer et a raconté à plusieurs reprises des histoires de sa vie quotidienne à l’écrivain. Lorsqu’il a décidé de le décrire dans son livre, il l’a appelé et lui a ouvertement demandé s’il acceptait que sa vie soit racontée dans une œuvre littéraire. L’homme n’avait rien contre cette idée. Après que le roman ait remporté le prix Goncourt, Jean-Paul Dubois a immédiatement informé Serge qu’il avait remporté son prix grâce à l’histoire de sa vie.

L’écrivain a souligné qu’il comptait beaucoup sur sa mémoire – elle contient des images qu’il peut à un moment donné transformer en personnages littéraires. Lorsqu’on lui a demandé comment il traitait ses lecteurs, il a expliqué qu’en écrivant, il n’imaginait jamais des centaines ou des milliers de personnes le lire. Il pense généralement à quelqu’un de proche à qui il parle – souvent c’est son père qui, malheureusement, est mort.

Jean-Paul Dubois a également travaillé comme journaliste. Il n’exerce pas ce métier depuis 15 ans, mais il a rappelé que le journalisme nécessite un respect des faits, il faut aussi prendre soin de ne pas offenser personne, il y a souvent des restrictions sur la longueur du texte. Pour tout cela, l’écrivain jouit d’une totale liberté.

Les réflexions de l’écrivain sur l’histoire de France, source de fierté des Français, étaient intéressantes. Jean-Paul Dubois a confié qu’il était lui-même plutôt opprimé par cette grande et glorieuse histoire de son peuple. Il lui est difficile de vivre sous le poids de sa majesté. De plus, le lieu de naissance est une pure coïncidence. Chacun pourrait naître ailleurs sur la planète. Lui-même voyage beaucoup et aime se plonger dans l’histoire de chaque pays qu’il visite: «J’adopte l’histoire de lieu où je suis!» Au Canada, d’où est originaire sa femme, il était très intrigué par le sort des Indiens. Bien sûr, il sent en lui-même les racines de l’histoire de la France moderne, par exemple dans les événements de mai 1968, auxquels il a pris une part active, «mais je ne suis pas resté pour toujours l’enfant du 1968, la vie m’a changé. Tout ce que j’ai appris, je le mets en question.“

Au cours de la conversation, l’interlocuteur a également exprimé sa satisfaction quant à l’utilisation des nouvelles technologies de communication dans la vie quotidienne de l’homme moderne: «Notre façon de travailler a changé. Grâce à la digitalisation, j’ai accès à toutes les informations du monde! »

Cette affinité pour les nouvelles technologies l’a certainement amené à accepter le format inhabituel d’un événement en ligne et à rejoindre virtuellement le Festival littéraire international de Sofia. Au début, cela ne s’est pas passé sans quelques problèmes techniques, mais, en général, tant l’interlocuteur que les spectateurs de la réunion sur Internet sont restés largement satisfaits.

Auteur: Gergina Dvoretska

Le texte en bulgare

Logo francophonie-okLa rubrique Francophonie de ce site présente les actualités de la francophonie en Bulgarie, en Europe centrale et orientale er dans le monde entier.

Източник: www.evropaworld.eu