OIF – La Moldavie et la Francophonie

Публикувано:
05:06ч / 17.05.2018г
Брой прочитания:
98
Брой коментари:
0

Après avoir évoqué les racines francophones et francophiles de la Roumanie et de la Bulgarie, nous allons nous pencher maintenant sur le troisième pays de l’Europe centrale et orientale à avoir acquis un statut de membre à part entière au sein de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). En 1996, la République de Moldavie rejoignait la grande famille francophone lors du VIe Sommet de la Francophonie de Cotonou. Revenons sur les raisons qui ont poussé ce pays à y adhérer.

De Demetrius Cantemir à Alecu Russo

Paris. A deux pas du Panthéon, le fronton de la Bibliothèque Sainte-Geneviève décline 810 noms d’auteurs dont les livres s’y trouvent, et ce de toutes les époques. Aux côtés de Locke, Racine, Rousseau, Montesquieu, dans la colonne des Leibnitz, Hamilton, Piron, Newton, apparaît, en toutes lettres, le nom de Demetrius Cantemir. Qui ça ? Dimitrie Cantemir est un prince moldave né à Iasi en 1673 et qui a régné sur la Principauté de Moldavie en 1693 ainsi que 1710-1711. Il s’avère que Dimitrie Cantemir était aussi un illustre savant et encyclopédiste, abordant autant l’histoire, les mathématiques, la géographie que la philosophie ou le roman, et laissant un grand héritage notamment avec ses « Historique de l’ancienneté des Roumano-moldo-valaques » et « Descriptio Moldaviae » entre autres. Ses œuvres s’inspirent du bouillonnement scientifique et de l’humanisme de l’époque.
Au 18e siècle, il est vrai, le français connaît une diffusion dans toute l’Europe et Cantemir fait partie de ce courant des Lumières et des idées nouvelles qu’il promeut. Dans les cours des princes phanariotes, régents de la principauté de Moldavie, ainsi qu’auprès des familles de boyards, le français est également enseigné, preuve d’un intérêt « autant pour la France et son histoire glorieuse, que pour les goûts et les manières des Français en tant que contemporains »1. Le français est alors une marque de distinction.

Le français est ensuite apprécié de l’intelligentsia, lors de la période tsariste, et reste enseigné à Chisinau et ailleurs. Alecu Russo, homme de lettres né à Chisinau en 1819, est parti étudier en Suisse et a écrit la majorité de ses œuvres en français, avant d’utiliser le roumain et de s’impliquer dans le mouvement révolutionnaire de son ami Vasile Alecsandri à partir de 1848. Citons aussi Constantin Negruzzi, né près de Iasi mais ayant fui à Chisinau, où il fait la connaissance d’un Alexandre Pouchkine en exil et traduit plusieurs œuvres (Hugo, Voltaire) en roumain, ou encore Ioan Pelivan, participant à la Conférence de Paix de Paris (1919-1920) parmi la délégation roumaine et qui a publié articles et brochures en français sur la Bessarabie. L’inclusion dans la Grande Roumanie, dans l’entre deux-guerres, pérennise d’ailleurs la diffusion du français, à une époque où les relations entre Bucarest et Paris sont foisonnantes.

Un pays épris pour le français

Aujourd’hui, la République de Moldavie est l’un des pays les plus francophones de l’Europe centrale et orientale. 120 000 élèves du secondaire apprennent le français en première langue étrangère, soit un peu plus de 40 % de la population scolaire. Il existe à travers le pays 8 lycées bilingues, tandis qu’environ 3000 élèves apprennent le français de manière renforcée jusqu’au baccalauréat. Grâce au soutien de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) – qui dispose d’une antenne à Chisinau, il y a également six filières francophones dans les universités moldaves. Comment expliquer cet état de fait pour cette ancienne petite république soviétique, devenue indépendante en 1991 ?

Faut-il rappeler que les autorités soviétiques ont imposé, pour la langue roumaine majoritaire en Moldavie, un retour à l’alphabet cyrillique, sans parler de la préséance du russe comme « langue de communication inter-ethnique ». En 1989, le brusque retour à l’alphabet latin n’a été possible que grâce à l’apprentissage continu du français durant plusieurs décennies. La langue française permettait alors de garder ce lien avec l’alphabet latin, et jouait le rôle de « refuge spirituel pour de nombreux intellectuels moldaves » ou de moyen subtil pour faire passer un message, comme cette anecdote rapportée par Florent Parmentier à propos du metteur en scène Mihai Fusu, « [qui] se faisait un malin plaisir, pendant la Perestroïka, de jouer en français la pièce de Samuel Beckett, En attendant Godot, en critiquant le régime au nez et à la barbe de la censure »(Florent Parmentier, 20102).

Ion Guţu va même jusqu’à dire que « pendant le régime soviétique, la francophonie a connu la période la plus fertile de propagation et d’épanouissement, et à cette époque 82 % des élèves moldaves ont appris le français comme langue étrangère » (Ion Gutu, 20063). Il parle ainsi d’une « francophonie massive », un choix stratégique pour « promouvoir le français comme langue du Parti Communiste frère de France au détriment de l’anglais américain ». L’apprentissage du français dans la haute société et son origine latine la rendant proche du roumain sont d’autres raisons de la place particulière qu’il occupe à cette époque. De nombreux professeurs sont formés, ce qui permettait de pérenniser l’apprentissage de la langue française.

La Francophonie institutionnelle

Ce n’est donc pas un hasard si la République de Moldavie a rejoint l’Organisation internationale de la Francophonie, en tant que membre à part entière, en 1996. La vitalité de la francophonie moldave s’exprime notamment chaque printemps lors des Journées de la Francophonie, avec moult événements organisés dans les écoles et  les universités des quatre coins du pays. Cette année, par exemple, les élèves du Lycée théorique « Ion Luca Caragiale » d’Orhei ont participé à la 6e édition du Marathon de lecture ainsi qu’à la 4e édition des pique-niques poétiques « Haiku Noi ». On note aussi le Festival du cinéma francophone, organisé par l’Alliance française de Moldavie, les concours co-organisés par l’AUF (cette année de carte postale et de clip vidéo), le Festival National de la chanson Francophone, etc.

Par ailleurs, en mai 2016, la Moldavie a reçu la visite de la Secrétaire Générale de la Francophonie, S.E. Mme Michaëlle Jean, qui a prononcé un discours « Comment renforcer la place des pays d’Europe centrale et orientale dans la Francophonie ? » à l’Académie nationale des Sciences de Moldavie, avant de rencontrer les lycéens et professeurs des classes bilingues du Lycée « Gheorghe Asachi » de Chisinau, ainsi que plusieurs étudiants francophones au Centre de réussite de l’AUF à l’Université Technique de Chisinau.

Précisons enfin que Chisinau a accueilli, en 2016 toujours, le 2e séminaire régional sur l’égalité femme-homme, intitulé « La promotion de l’égalité femme-homme dans et par l’éducation » et organisé à l’initiative du Ministère des Affaires étrangères et de l’Intégration européenne de Moldavie. Le 3e camp international francophone, sur le thème du « Libres ensemble » et avec le théâtre comme fil conducteur, auquel ont participé 45 jeunes âgés de 16 à 19 et venant des six pays membres de la Francophonie de la région, a également pris place près de la capitale moldave à l’été 2016. En outre, plusieurs formations nationales sont organisées, chaque année, par le Centre régional francophone pour l’Europe centrale et orientale (CREFECO) de l’OIF, destinées aux enseignants de et en français.

 002SGMol-1Photo : Rencontre entre les élèves du Lycée « Gheorghe Asachi » de Chisinau et la Secrétaire
générale de la Francophonie, Mme Michaëlle Jean, Chisinau, 2016 | © OIF

Texte original

Traduction du texte en bulgare

Източник: OIF